23 juin 2008 Sortie sur l'architecture.

Publié le par aeco 44

 

Pour notre sortie du 23 juin 2008, nous désirons comparer quelques oeuvres architecturales et des vitraux dans le pays vignoble avec ce que nous offre Saint Philbert.

Et voici le programme de la journée. 

10 h 30 Visite de la chapelle de la communauté St François à St Philbert

11 h.30 Chapelle St Sauveur à Aigrefeuille

12 h.30 Eglise d’Aigrefeuille

13 h 30 Pique-nique sur le bord de la Maine

15 h 00 Eglise de Monnières

16 h.00 Retour St Philbert

I. L’architecte Bougoin

 

 

Chapelle St François (St Philbert )                                  L' église d'Aigrefeuille

Nous pouvons comparer ces deux  monuments religieux :
avec quelquescaractéristiques

La forme de l’édifice : une croix où nef+chœur et transepts ont
sensiblement la même longueur et une même largeur . Ce qui en fait
un édifice très ouvert et une grande visibilité sur l’Autel.

Un édifice haut avec des piliers très élancés ( Mr Bougouin était
en admiration de la Ste Chapelle ! ) ce  qui donne une grande légèreté
à l’architecture

Un éclairement maximum par le nombre et les dimensions des fenêtres.

La clé de voûte tétramorphe à la croisée des transepts
ce que l’on retrouve dans peu d’églises .

Une sonorité particulièrement sensible

II - Les vitraux de UZUREAU


Par la même occasion , il était intéressant de comparer deux Vitraux.
Le Maître verrier Uzureau a effectivement travaillé sur les 2 chapelles :
celle de St Philbert et celle d’Aigrefeuille ( transfiguration et calvaire )
 
                           




 

  
  Chapelle St François             Chapelle Aigrefeuille


Les dessins sont les mêmes : l’attitude des personnages est identique
( pieds, mains, visage) ; seul quelques détails divergent
ainsi que les couleurs. A Aigrefeuille le vitrail prend toute la fenêtre :
ce sont de petites fenêtres ; à St Philbert les tableaux ne sont
qu’une partie du vitrail.

Dans la Crucifixion d’Aigrefeuille Marie-Magdeleine au pied de la croix
est ajoutée par rapport a la scène de St Philbert.

 

 

III - Les vitraux de GRUBER : l' église de Monnières

                                                        l' église de St Philbert de grand lieu

 



 



 











Eglise de Monnières 





                                                                                           Eglise St Philbert

 










On retrouve les mêmes dessins des personnages qu’à St Philbert .

Les fioritures : feuilles, animaux etc... se ressemblent

Les couleurs sont aussi vives

J’aime retrouver les signatures de J. Gruber et Robert Devoucoux .
Cela me rappelle le fait que J.P. Biraud en rencontrant
Madame Weiss-Gruber, fille de J.J. Gruber et restauratrice de vitraux
 dans son atelier parisien lui présentait des photos des vitraux
 de St Philbert. En voyant les photos,
 elle eut cette réaction "  Oh oui ! Ce sont sûrement les dessins de Robert Devoucoux ! " 
Effectivement, ce grand vitrail a été posé en 1943 à Monnières et Jacques Gruber est mort en 1936 , au moment de la pose des vitraux de St Philbert. Dès 1933, J. Gruber était très malade, il dut confier son atelier à son fils Jean Jacques Gruber.

 
NOTES au hasard



































  Commune d’Aigrefeuille sur Maine  

Chapelle Saint Sauveur

C’est en 1714 que fut érigée en ce lieu, la première chapelle.

Le Curé Missire jean DENYAUD exauçait ainsi la demande qui lui avait été présentée dix ans plus tôt par l’un de ses paroissiens Julien DOUE . La vierge et le Christ lui étaient apparus sous l’aspect de mendiants et lui avaient demandé de faire bâtir "  en ce beau et saint lieu, une chapelle dédiée à la Providence "  . La bénédiction eut lieu le 6 Août.

En octobre 1714 le Père Grignon de Montfort y a célébré la messe.

Incendiée pendant la Révolution, elle fut reconstruite en 1806

Le pèlerinage St Sauveur a existé pendant plus de 250 ans. Des milliers de fidèles y ont prié, parfois pieds nus, même dans la neige. On en comptait plus de 10.000 le 6 août 1945.

La restauration de ce monument réalisé en 1997 se veut être un moyen de sauvegarde du patrimoine religieux pour les générations à venir.

                                                     Conseil général de Loire Atlantique


 

Monnières

 

Les vitraux signés GRÜBER 


Né en 1870, Jacques Grüber appartient à la seconde génération de " l' Ecole de Nancy ", fer de lance de l'Art Nouveau en France. Il y a côtoyé les célèbres Gallé, Majorelle et Daum.

C'est dans l'art du vitrail qu'il a donné toute sa mesure et acquis la notoriété. Parmi ses œuvres remarquables : la grande verrière des Galeries Lafayette à Paris


Il semble que l'on doive sa signature pour nos vitraux à ses liens amicaux avec le curé Nauleau. Malheureusement Grüber décédé en 1936 n'a pu honorer lui-même la commande, ce qui explique la seconde signature de la verrière : Robert Duvoucoux. C'est en effet celui-ci qui fut le dessinateur des vitraux.
Restent les magnifiques coloris sortis des ateliers Jacques Grüber, rue d' Alésia à Paris.
Les vitraux des fenêtres évoquent des événements bibliques ayant pour beaucoup rapport avec la vigne. La verrière illustre les vies des deux patrons de la paroisse : Sainte Radegonde et Saint Louis

http://www.mairie-monnieres.fr/cadre.asp

 

 

ROMAN - GOTHIQUE - ET XVII° SIECLE

L'église Sainte Radegonde a échappé à la frénésie régionale de démolitions et reconstructions des églises durant la seconde moitié du XIX° siècle.
Ce sont ses atouts architecturaux qui lui ont permis d'être sauvegardée.

 

1/ d'abord son clocher-mur ou clocher-peigne, rare dans la région, et qui évoque l'architecture des édifices "Templiers".
2/ dans le mur nord les deux niches témoins des fenêtres du premier édifice roman (XI°) (photo 2).
A noter les restes d' une troisième fenêtre, témoins de l'écroulement du clocher après l'incendie de 1793.

3/ le chœur avec sa verrière en gothique flamboyant, la voûte de bois en vaisseau renversé ainsi que la porte de la sacristie sont témoins du premier agrandissement du XVème siècle. (photo 3)

4/ la nef de la vierge date du second agrandissement du XVII° siècle.

5/ une crypte sous le maître-autel était l'enfeu des seigneurs de la Janière puis de la Galissonnière.

6/ sous la tribune des pierres tombales au sol. (voir rubrique histoire - Moyen Age)

 

http://www.mairie-monnieres

 

 

 

 

 

Publié dans Patrimoine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article